Domaine Vieuxbois

Domaine Vieuxbois

Confrérie RP du Seigneur des Anneaux Online - Serveur Sirannon
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Histoire] Les Rohirrim (2510 3A et au delà)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kathellyn

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 04/05/2016

MessageSujet: [Histoire] Les Rohirrim (2510 3A et au delà)   Mer 4 Mai - 17:49

[Histoire] Les Rohirrim (2510 3A et au delà)



Les Rohirrim sont grands et beaux; la plupart d'entre eux ont des cheveux blonds légèrement paille et des yeux bleus ou gris. Les hommes, aussi bien que les femmes, sont forts, souples et très beaux -et même superbes la plupart du temps. Leur peau claire et leurs traits anguleux leur confèrent une qualité d'enchantement, comme s'ils étaient une partie du pays et non pas uniquement des visiteurs mortels. Cette aura est magnifiée parleurs manières sérieuses, voire austères. Seuls l'écarlate qui teintent leurs joues ou une lueur dans leurs yeux trahissent le feu qui vit derrière leurs masques sereins. Ils demeurent une noble race d'Hommes du Nord, née d'un style de vie sans concession.


Vêtements :

Les hommes portent des pantalons et des chaussures hautes ou des bottes pour se protéger des herbes; le pollen et les graines, ainsi que le frottement continuel, peuvent provoquer des éruptions cutanées. De même des bêtes ou des racines cachées peuvent immobiliser une jambe non protégée. Des chemises à manches longues en coton et des justaucorps en laine préviennent des changements imprévisibles de climat bien qu'un habillement lourd ne soit que rarement de mise. Quand cela se produit, les Rohirrim adoptent des capes en laines et des surcots. Leurs capes sont en général gris charbon, bleu nuit, vert forêt ou noires.

Les femmes préfèrent les vêtements gris léger et parfois portent des capes richement brodées en bleu clair ou en vert pâle. Des tuniques décorées recouvrent leurs chemises et leurs pantalons quand elles montent à cheval mais elles les changent en général contre des robes en coton ou en laine quand elles sont à la maison.

La plupart des Rohirrim ont un bouclier et une armure d'un certain type. La cotte de mailles est universellement répandue et même l'homme moyen possède une chemise de mailles quelque part chez lui. Les guerriers utilisent des hauberts de mailles ou des ensembles de mailles. Les cavaliers aiment voyager légèrement et préfèrent la liberté de leurs mouvements au confinement d'une armure. C'est ainsi que peu d'entre eux portent leur équipement de bataille en temps normal. Cependant, la plupart des Rohirrim considèrent qu'emporter une lance et un arc, ainsi qu'un poignard de bonne taille et une épée large est une chose qui va de soi.


L'économie :

L'économie Rohirric est vivante, en dépit du fait que le troc règne encore dans la plupart des zones rurales. Le commerce est animé et tout le monde y travaille. Le long de la Grande Route Ouest (Sindarin : « Tarmen-i-Numen »), le commerce est parmi l'un des plus denses de l'Endor occidental, en dépit de la chute d'Arnor et des états qui lui ont succédé en Eriador. Les liens avec le Gondor
demeurent étroits et la position stratégique du Rohan en fait une voie naturelle de commerce entre la vallée de l'Anduin., le Gondor et le Rhovanion à l'Est et le Minhiriath, la Marche Occidentale
et les villes Eriadoriennes affaiblies, mais toujours présentes, à l'Ouest.

Le Rohan utilise la monnaie du Gondor et, dans de rares cas, les pièces de Dol Amroth et d'Arnor. Les Cavaliers ne maintiennent pas de monnaie active, bien que les victoires et les couronnements
soit fréquemment commémorés par l'émission spéciale de Pening Rohirric en argent. Portant le Cheval Courant du Rohan au recto, et l'inscription en Certar de la célébration au verso, cette pièce de sept grammes est l'équivalent d'une pièce d'argent du Gondor. Les Penings, comme toutes les bonnes monnaies, ont une valeur si on s'en sert mais les Rohirrim préfèrent de loin les biens à l'argent à moins qu'ils ne décident de voyager. Les Cavaliers sont un peuple pragmatique.


Culture, élevage, chasse :

Les manoirs, les hameaux de fermes et les fermes abritent à peu près la moitié des 103.000 habitants du Rohan. La richesse de la noire couche arable des plaines du Rohan encourage la culture sur une échelle bien plus grande dans le ValOuest et le ValEst. L'avoine, le seigle, l'orge, le blé, les baies et le foin sont les principales cultures.

Le foin est coupé en automne et est mis en meule pour être entreposé pour l'hiver, même si ces hivers sont tels que les Rohirrim n'ont pas besoin du foin la plupart des années. Les Cavaliers ont appris la nécessité d'avoir du fourrage en réserve pour l'hiver dans la Contrée Septentrionale. Ils font attention à conserver des stocks en cas de famine dans les saisons froides et déficitaires qui
saisissent le pays de temps à autre, en particulier à l'époque où l'Ombre se développe. Entassé autour d'un trou creusé dans le sol, le foin stocké peut s'élever jusqu'à une hauteur de sept mètres vingt. Le dessus du tas est fait d'une balle de foin roulée, étroitement serrée par des cordes. Des sangles, séparées et se croisant, aident le tas à garder sa forme.

Généralement, les troupeaux du Rohan se nourrissent d'herbe. Les bovins et les moutons sont abondants -le mouton plutôt dans les Emnets et le Wold et les bovins plutôt dans le ValOuest. Les cultures vivrières complètent un régime fait de poisson, de volaille et de viande. Bien que les Rohirrim puissent vivre facilement de la chasse la plupart des années, leurs graines nourrissent
leurs troupeaux et complètent leur régime. L'avoine et le seigle des basses terres donnent une fine saveur au pain alors que l'orge des hautes terres est un ingrédient essentiel de leur ale et fait de bonnes soupes.

Mais la plus grande partie des grandes prairies est réservée aux chevaux. Le Rohan a de la place pour de nombreux chevaux et les troupeaux équins ont connu une dramatique augmentation depuis 3A 2510. Les femmes, une fois de plus, prennent une place importante dans la monte, l'entraînement et le soin apporté aux chevaux, comme elles le faisaient au Rhovanion. Bien que les Rohirrim possèdent tous une maison ou un hall dans les montagnes, ils éprouvent un réel plaisir à suivre les troupeaux de chevaux -mais ils retournent à l'abri de leurs installations en période de guerre ou de mauvais temps.

Le cœur du Rohan est loin des frontières du royaume et est relativement en sécurité par rapport aux hasards de la guerre, en comparaison de la vulnérable Contrée Septentrionale. Ce n'est donc pas une surprise si les principaux passe-temps sont l'équitation, les course de chevaux et la chasse.  Les compétences dans les armes sont aussi estimées, bien sûr, et nombre de jeunes hommes servent dans la cavalerie du Gondor.


Dernière édition par Kathellyn le Sam 17 Déc - 11:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathellyn

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 04/05/2016

MessageSujet: Re: [Histoire] Les Rohirrim (2510 3A et au delà)   Mer 4 Mai - 17:50

Société :

Le cycle de vie Rohirric ressemble de beaucoup à celui de leurs ancêtres. Une faible population urbaine fournit une activité constante dans les villages, qui sont des centres de commerce, pendant que la majorité des familles se déplacent avec leurs troupeaux dans un circuit de pâturages de longue haleine ou, dans certains cas, les dirigent à partir de résidences seigneuriales éparpillées dans toute la campagne. Dans les périodes difficiles ou à l'occasion de fêtes, ces gens se dirigent vers leurs maisons dans les villes et les villages, multipliant la population urbaine de trois à dix fois. Les Rohirrim abandonnent aussi les pâturages lorsqu'il y a un déclenchement d'hostilités mais, à la différence des Éothraim et des Éothéod, ils ne cherchent pas abri dans des villes fortifiées ou des forts sur des collines (Rohirrique « Buhrs» ou « Burgs »). La sécurité des cavaliers est assurée par de meilleures défenses.

Les vallées des montagnes du Rohan offrent des refuges bien protégés, forteresses naturelles que les Rohirrim utilisent pour faire retraite dans les périodes les plus difficiles. L'ancienne Dunharrow, près d'Edoras, et le Gouffre de Helm, dans le ValOuest, sont les plus grands de ces bastions montagneux, fournissant des abris accessibles à la majeure partie de la population en temps de guerre. De nombreuses combes plus petites tout le long des Montagnes Blanches permettent une défense plus délocalisée mais la plupart ne sont que des pâturages fortifiés et ne peuvent accueillir que peu de Cavaliers. Néanmoins, toute la population des régions les plus peuplées du Rohan, le ValEst et le ValOuest, peut trouver refuge dans ces lieux souvent étonnants des hautes terres.


Villages et fermes :

Avec la présence de refuges naturels, les villes de la Marche sont libres de servir leur but inhérent. Le commerce et le confort prévalent dans les villages de la Riddermark. Les murs des villes permettent de se défendre contre les bandits ou un assaut surprise, pas plus. La terre est une donnée moins vitale et donc le placement des murs n'est plus une affaire importante. Les Rohirrim peuvent donc tout à fait construire leurs maisons un petit peu à l'écart de celle de leurs voisins; ils le font souvent, laissant ainsi des enclos pour les animaux préférés à l'intérieur même du village.

Peuple conservateur, les Cavaliers aiment garder les vieilles traditions. Les villes sont toujours conçues en terrasses sur des buttes ou des élévations, toujours au-dessus d'un cours d'eau, et organisées selon la forme circulaire adoptée par les Éothéod. Le hall du chef se trouve au sommet de la colline avec une vue sur toute la région environnante. Un fossé et un mur de terre couronné 'un rempart en pierre entourent le site. En dépit de la nature moins impressionnante des murs et de la construction d'une facture moins grossière, un village Rohirric présente une surprenante ressemblance avec ceux du peuple d'Eorl.


Architecture :

Les Montagnes Blanches et les Monts Brumeux produisent une grande quantité de bois et sont une source apparemment intarissable de bonnes pierres de taille. Les gens aisés vivent dans des maisons en pierre avec de confortables intérieurs en bois, appréciant la résistance et la bonne isolation. Les maisons à moitié en bois équarri, à moitié en pierres liées au mortier sont aussi très courantes. Les habitations pauvres, en particulier les grandes granges, sont construites en rondins. Les toits pentus, en bois, en pierre ou en chaume sont la norme; toutes les maisons ont des volets en bois de part et d'autre de leurs petites fenêtres. Les maisons modernes Rohirric ont invariablement des cheminées en pierre et des foyers intérieurs, bien que les grandes structures de type hall et les centres de cérémonies traditionnels rappellent les anciennes formes, à savoir un trou dans le toit pour laisser partir la fumée. Les anciennes caractéristiques architecturales apparaissent dans la forme des colonnes, le dessin des toits et partout dans le décor.


Vie et liens familiaux :

Les groupes familiaux restent forts mais la famille au sens large, et non le clan, constitue l'élément de base de la société Rohirric. Comme les affiliations tribales se sont estompées ou ont disparues dans les vallées de l'Anduin, les liens claniques se perdent dans le Rohan. Les fonctions de la tribu et du clan sont amalgamées dans le nouveau système de commandement militaire utilisé par la nation. Cependant, les maisons d'un même quartier tendent à être celles de personnes très proches. Plusieurs familles apparentées peuvent travailler dans un manoir et les quartiers des villages ressemblent souvent aux zones claniques des villages ancestraux.

Une famille Rohirric est régie selon les règles patrilinéaires; le mâle valide le plus âgé est le maitre; la descendance est tracée à partir de la lignée masculine. L'épouse rejoint la maison de son mari, devenant une composante de sa nombreuse famille. La pro priété, cependant, est individuelle, qu'elle soit le fait d'un homme ou d'un femme. Les femmes ont le droit de vote, peuvent parler
au Thing ou à l'Assemblée et divorcer unilatéralement de leur mari.

Le Rohir ne peut vivre seul, à moins qu'il y soit forcé. Les familles restent ensemble, la famille étendue constituant le noyau. Les aînés restent dans la maison de leurs pères, avec leur propre progéniture, s'ils en ont une. Les cadets partent-de la maison à la naissance de leur premier enfant. Les femmes, bien sûr, quittent la maison pour se marier.

Les rites de passage se font aux âges de 6, 12, 18, 36 et 72 ans. À six ans, l'enfant commence à apprendre les compétences de base en matière de survie et ses centres d'intérêts sont testés. L'entraînement militaire commence à douze ans. Un Rohir atteint le jeune adulte à 18 ans et devient un adulte véritable à 36. Soixante douze ans est l'âge minimum pour être un ancien.

La femme est la gardienne du foyer, la gardienne des traditions et l'incarnation de l'honneur de la famille, de la communauté. Elle est l'égale de l'homme, et s'occupe de brasser et servir la bière.


Le mariage :

Celui-ci est célébré par un Aîné, idéalement celui du futur marié. Ce dernier apportera la dot tandis que la future épouse lui offrira des armes.
Avant la célébration, la promise se baigne avec ses demoiselles d'honneur, qui lui auront tressé une couronne de fleurs blanches et accroché les clefs du foyer à sa ceinture. Elles font ainsi d'elle la gardienne du foyer.
Pendant la cérémonie, les époux s'échangent leurs vœux, et un anneau qu'ils mettent au doigt l'un de l'autre, sans réelle préférence pour un en particulier. S'en suivent des paroles et la bénédiction de l'Aîné. La nuit de festivités est rythmée par des odes en l'honneur des mariés où la bière et l'hydromel coulent à flot. Au petit matin, le mari et la femme peuvent s'échanger un présent caractérisant l'autre.

_________________

"La véritable force commence par la sagesse" Jean Van Hamme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathellyn

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 04/05/2016

MessageSujet: Re: [Histoire] Les Rohirrim (2510 3A et au delà)   Mer 4 Mai - 17:50

Psychologie :

Les Rohirrim croient en un Destin. Mais celui-ci n'est pas une fatalité, chaque acte peut changer le futur. C'est pour cela que le Destin peut être défini par « ce qui devrait advenir » et non « ce qui adviendra ».

A leurs yeux, le Mal pourrait se résumer au désordre, à ce qui est contraire à l'ordre naturel du monde. Pour eux, il y a une polarité en toutes choses, mais l'Homme ne doit pas juger du Bien ou du Mal. Le mouvement et le flux sont préférés, plutôt que l'immobilisme et la régression.

Les Rohirrim vénèrent la Vie, et la Mort en fait partie. En aucun cas elle n'est une fin. Ils font souvent référence à leurs Anciens qui gardent un œil sur les vivants et leurs faits. La peine de mort n'existe quasiment pas au Rohan, elle n'est pas un châtiment suprême. Contrairement au bannissement, qui rompt tout lien avec l'amour profond d'un rohir pour les siens.

En tant qu'individus, les Rohirrim s'accomplissent par la loyauté au collectif. Le ciment de la communauté est l'Amour, qu'ils voient comme une force et non une faiblesse. Le Don de Soi, le Respect et la Tolérance résument assez bien la base de leur psychologie. La principale menace est leur égo, un chaos qu'ils tentent de dissoudre afin qu'il ne ronge pas leur droiture. Le rohir est donc aussi un guerrier intérieur.

A leurs yeux, la véritable grandeur réside en la capacité à se réconcilier plus qu'en l'art d'éviter les conflits. Les affrontements permettent d'éprouver leur force et leur courage. C'est pour cela que la culture orale des Rohirrim fait de leur tradition celle de la colère, plus que de la haine qui peut être symbolisée par la culture écrite : des paroles menant à des conflits peuvent se terminer par une réconciliation, des écrits haineux font perdurer ce sentiment.


Les valeurs morales :

Les vertus que les Rohirrim respectent sont au nombre de neuf :
- Le courage
- La vérité
- L'honneur
- La fidélité
- La discipline
- L'hospitalité
- Le travail
- L'autonomie
- La persévérance.
Elles guident ses paroles et ses actes tout au long de sa Vie.

En parallèle, neuf devoirs s'ajoutent à ces vertus :
- Être sincère et fidèle en amour et dévoué envers l'ami fidèle : même s'il m'attaque, je ne lui causerai aucun tort.
- Ne jamais prêter de faux serment. Grand et impitoyable est le tribut pour avoir rompu une parole donnée.
- Ne jamais traiter durement les humbles et les petits.
- Se souvenir du respect dû au grand âge.
- Ne pas laisser de mal sans remède; ainsi combattre sans répit les ennemis de la famille, de la communauté, du peuple.
- Secourir l'isolé, mais n'accorder aucune foi à la promesse d'un étranger.
- Ne pas réagir aux délires d'un homme ivre : nombre de querelles, la mort même, en sont parfois le fruit.
- Accorder des soins attentifs aux morts : morts au lit ou au combat.
- Se conformer aux ordonnances des autorités légitimes et accepter avec courage et fermeté les décisions du Roi.

_________________

"La véritable force commence par la sagesse" Jean Van Hamme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathellyn

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 04/05/2016

MessageSujet: Re: [Histoire] Les Rohirrim (2510 3A et au delà)   Mer 4 Mai - 17:51

Politique et pouvoir :

Eorl, Althegn des Éothéod, fut couronné Roi des Rohirrim en Yule 3A 2510. Il fut le premier de la première lignée et, avec son ascension, sa tribu unifiée devint la citoyenneté d'un royaume souverain.

Avec l'établissement de la Riddermark, le pouvoir du Roi augmente et la politique, et non la famille, devient le facteur prédominant dans l'ordonnancement du statut social et des structures militaires.
Les liens personnels et familiaux demeurent importants mais ne sont plus les valeurs suprêmes. Le prix de tête d'un homme ne détermine plus sa valeur dans la société.

Bien sûr, l'Althegn (Rohirrique tardif « Althane » ou « Cining ») tient toujours son pouvoir partiellement de son bien en chevaux, comme cela était dans le Nord, mais sa force principale vient de l'autorité ascendante de sa charge; au Rohan, il est un Roi. Reconnu et respecté par son puissant équivalent du Gondor, il devient le partenaire (junior) officiel de la grande alliance centrale, protégeant les affaires des peuples libres de l'Endor occidental.

D'un autre côté, l'élévation de leur Seigneur réduit encore un peu plus les pouvoirs des Heah-Thanes (Chefs ou Aldors) des six tribus. Autrefois maîtres autonomes de leur propre peuple, ils deviennent une petite mais importante classe sociale après le développement des Éothéod. Leur principale fonction avant 2510 était d'être des commandants militaires; après cette date, ils deviennent des conseillers et des administrateurs et, dans certains cas, des envoyés du Roi. Cependant nombre des maréchaux de la Riddermark (ceux pris hors de la famille royale) ont été des Heah-Thanes.

Le Frathing du Rhovanion a donné naissance à l'Althing des Eothéod, qui à son tour a été le prédécesseur du parlement annuel du Rohan -l'Algemaet- le Rassemblement du Milieu d'Année (Sindarin « Loendë ») des citoyens de la Marche. Comme toujours, le Conseil du Seigneur préside ce congrès bien que le Conseil du Roi Rohirric (Rohirrique « Ciningmaet » ou « Snotor-maet » ou
« Maethelthane ») soit un tant soit peu plus fort que ses ancêtres. Le Conseil ne sert pas seulement de conscience au Roi mais agit aussi en tant que gardien de la nation. Sa parole est fondée sur une autorité profondément ancrée et qui peut, quoique d'une manière non absolue, lier quiconque, même le Roi. Un Roi sans héritier n'a pas le droit, par exemple, d'aller en guerre.

La position d'héritier au trône, Vice-Roi du Rohan, se développa à partir des résolutions du Conseil après la mort de Helm en 3A 2759. Formalisée après la Guerre de l'Anneau, elle a permis la stabilité de la Riddermark pendant des centaines d'années.

Les structures politiques locales fournissent une force permanente ainsi qu'une direction bien organisée et sensible. En dessous du Roi, de sa famille et des six Heah-Thanes, il y a les Thanes. Ces hommes forment une classe d'hommes libres nobles qui administrent les Proches Marches (Rohirrique « Neahmaercs »), ou comtés. Chaque Proche Marche est repérée en fonction de la distance « qu'un cheval résistant peut parcourir en une journée à une allure régulière ». Le Rohan possède une centaine de ces localités.

Les Thanes répercutent la parole du Roi et participent aux cours de douze hommes (« Twalf Wetans ») qui arbitrent ou dictent les règles civiles locales et résolvent les cas de « faute sur des hommes ». Leurs autres tâches comprennent la supervision de la perception de taxes, l'entraînement de la milice locale et la conduite des Eoreds.


Organisation militaire :

Dans le Nord, la séparation entre les hommes réellement servant aux tâches militaires et les hommes simplement disponibles pour ce genre d'occupations était souvent très floue. Même si la théorie disait que les Thegns, Caerls, Burgwarders et Cnihts étaient les seuls guerriers constamment prêts, la guerre forçait le Fyrd commun d'être plus ou moins en armes. La distinction est
claire dans l'armée de la Riddermark

Le commandement militaire du Rohan incombe directement au Roi. Le Roi désigne trois Maréchaux de la Marche. Ces hommes sont souvent, mais pas toujours, des membres de la famille royale, des guerriers vaillants possédant une grande expérience ou excellant dans la bataille.

Le commandement du Premier Maréchal comprend la capitale, Edoras, et les terres royales adjacentes, y compris Harrowdale et une bonne portion du ValEst jusqu'en Aldburg (connu sous le nom de Calmirië au Gondor). En cas de besoin, les hommes du ValOuest oriental sont aussi rattachés militairement à Edoras. Habituellement, le Roi délègue ce commandement à son héritier mais, quelques fois, il prend lui-même en charge le poste de Premier Maréchal; dans d'autres cas, l'honneur va à un fils cadet ou à un champion confirmé.

Dans des circonstances ordinaires, la charge de Deuxième Maréchal comprend le commandement de Fort Cor et le district militaire appelé la Marche Ouest. Cette responsabilité comprend la garde de tous les territoires de la Marche Occidentale, du ValOuest et de l'Emnet Ouest, à l'exception d'Edoras et d'Harrowdale. Le Marche Est, qui comprend l'Emnet Est et le ValEst, est la province du Troisième Maréchal. Il partage le même statut que son équivalent de la Marche Ouest. Ces Marches ne sont que des distinctions militaires et leurs frontières longent la Limesneige jusqu'au Bain-des-Ents puis remontent vers le Nord en suivant le cour puissant jusqu'à la Forêt de Fangorn.

Tout comme l'époque dans les vallées de l'Anduin, la principale unité militaire est l'Eored (Rohirrique « Chevauchée de Chevaux ») ou troupe de cavalerie. Au temps des Éothéod, cependant, il n'y avait pas précisément de limites fixées concernant la taille de ces unités. Tout grand corps de cavalerie d'un clan donné pouvait être considéré1omme une Éored. Les Éoreds typiques au temps d'Eorl,comptaient 60 à 120 guerriers.
L'Eored Rohirric est une unité plus régulière. N'étant plus en relation avec les clans ou les tribus, c'est une troupe de 120 Cavaliers. Une centaine de ces unités composent la totalité des effectifs des Rohirrim -qui se nomme, comme au temps des Éothéod, l'Eoherë (Rohirrique « Armée des Chevaux »). En y rajoutant les 120 hommes de la Garde de la Maison, (Rohirrique « Hùscairls ») du Roi, ces douze milles hommes constituent l'Eoherë ou « Rassemblement » de la Riddermark.


Art de la guerre :

Les tactiques de bataille des Rohirric sont simples, bien qu'exceptionnellement efficaces. Un moral élevé, un bon équipement et un entraînement solide leur permettent de prendre le dessus sur n'importe quel ennemi en mêlée ouverte, même en dépit d'une infériorité numérique. Pour les Rohirrim, l'idée est ensuite de cerner l'ennemi et de l'écraser. Les cavaliers légers servent d'éclaireurs et patrouillent en force, revenant pour couvrir les flancs de l'armée quand elle s'est engagée. Ensuite, les archers à cheval arrosent de flèches les ailes correspondantes de la force opposée, les tenant à l'écart ou les empêchant de soutenir l'ennemi. Les lanciers légers soutiennent les flancs Rohirric contre les attaques.

Pendant ce temps là, les cavaliers lourds sont rassemblés au centre, chaque Eored se constituant en une formation en V. Ces chevaliers frappent en masse la lance baissée, fracassant le centre de l'ennemi en une charge punitive lancée au moment approprié. L'assaut est constitué de une à trois vagues. Une fois qu'ils ont traversé les lignes ennemies, ils font demi-tour et chargent de nouveau; s'ils sont engagés en mêlée ou s'ils décident d'aller au corps à corps, ils tirent leurs épées larges et commencent à hacher.

En cas de fuite de l'ennemi, ou de séparation d'un petit groupe du corps principal de l'armée ennemie, les cavaliers légers les poursuivent. Une situation similaire se produit quand l'ennemi se désorganise en son centre suite à l'assaut des chevaux lourds Rohirric, donnant ainsi l'occasion à la cavalerie légère d'encercler sa proie.

Naturellement, la majeure partie des armées de la Riddermark sont des demi-Rassemblements d'environ 6 000 Cavaliers. Menés par un Maréchal de la Marche, ils peuvent être rejoints par le Roi et ses Hùscairls; le reste des Cavaliers restent en réserve pour défendre les maisons et en cas d'urgence. Les Rohirrim sont un peuple conservateur et préfèrent ne pas risquer plus de la moitié de leurs hommes disponibles, nombre qui est en général suffisant pour accomplir la tâche.



Sources :
JRTM (Jeu de Rôle en Terres du Milieu)
B-A BA : Tradition Nordique (Arnaud d'Apremont)
Contes et Légendes Inachevés (John Ronald Reuel Tolkien)
...et diverses études publiées sur le web sur les traditions nordiques

Note personnelle : Ceci est une retranscription complétée par une analyse personnelle des civilisations dont s'est inspiré JRR Tolkien pour créer les Rohirrim. Il est possible que malgré ma volonté de rester cohérente par rapport à son univers, il existe des contre-exemples allant à l'encontre des théories énoncées ci-dessus. Celles-ci sont amenées à évoluer au fil des études approfondies, si elle s'avéraient inexactes ou incomplètes.

Viendront ensuite un appendice sur les relations diplomatiques des Rohirrim à la fin du troisième âge, des cartes et un rapide résumé sur les différentes migrations de ce peuple.

_________________

"La véritable force commence par la sagesse" Jean Van Hamme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Histoire] Les Rohirrim (2510 3A et au delà)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Histoire] Les Rohirrim (2510 3A et au delà)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine Vieuxbois :: La Bibliothèque (RP) :: Les Livres Anciens-
Sauter vers: